Le livre enrichi n’est pas l’avenir du livre numérique !

Publié le Publié dans eBook
Visuel blog 14

Le livre enrichi n'est pas l'avenir du livre numérique !

Je vais vous confier un secret : lorsque pour la première fois j'ai pensé à créer une entreprise autour du livre numérique (c'était il y a un peu plus de 4 ans), le livre enrichi était pour moi une évidence. Partir d'un texte existant, le triturer, le rendre sexy et moderne, tout cela avait les atours d'une idée d'avenir.

 

D'ailleurs, quelques compagnies s'y sont engouffrés (Byook, iClassics entre autres) avec plus ou moins de succès. Pourtant, cela n'a jamais vraiment pris. La preuve :

  • Nombre de nouveaux romans publiés chaque année en France ? 46 000.
  • Nombre de livres enrichis par an ? La statistique n'est même pas disponible ! A vue de nez, une petite dizaine, et très peu atteignent un minimum de visibilité sur les marché mobiles (2 sur 150 à peine dans le top des ventes de la catégorie "Livres" sur mon iPad).
Livre enrichi - Byook
Livre enrichi - Byook

Le problème à mon sens est que le livre enrichi est à la littérature numérique ce que la colorisation est aux vieux films en noir et blanc : un vernis de modernisation.

Cette approche en couche est d'ailleurs assez visible sur la plupart des nouvelles enrichies : on prend un texte existant, on y ajoute ensuite des images et du son, et on package le tout sous forme d'application mobile. Même pour Alienare, dernier rejeton en date des livres enrichis, qui bénéficie pourtant d'un texte inédit et contemporain, on retrouve cette stratification avec les animations et les effets qui suivent le texte et ne le précèdent jamais. Dans tous ces livres enrichis, la fonction du média numérique est toujours d'être l'esclave du texte. Il ne l'influence jamais. Le texte est sacré, le média autour est accessoire.

C'est un peu ici que nait notre projet, avec l'idée de favoriser les échanges et interactions entre le texte et le média numérique. Faire que le média numérique puisse influer sur le texte;  en fonction de la météo, de la manière de tenir sa tablette, du lecteur et de ses gouts, du cours de la bourse, bref, de ce que l'auteur veut. Faire que le texte épouse enfin le numérique au lieu de s'en servir comme d'un écrin.

A suivre...

 

 

Image d'illustration :  "le Voyage dans la lune" (1902) de Georges Méliès © 2011 Lobster Films – Fondation Groupama Gan – Fondation Technicolor