Les utopiales, un festival SF à l’ancienne

Publié le Publié dans eBook, Salon
Visuel blog 15

Les utopiales, un festival SF à l'ancienne

Le week-end dernier, j'ai profité d'un déplacement personnel dans la région de Nantes pour me rendre aux Utopiales, l'un des plus grand festival Utopialesde Science Fiction de France.

Ce qui impressionne d'emblée en entrant, c'est la taille du festival, avec un centre des congrès immense entièrement dédié à la SF. Le professionnalisme est de mise, avec des conférences dans tous les coins, des expos de haute volée et une immense librairie entièrement dédiée à la littérature de SF...

 

Et c'est un peu là que le bât blesse. En déambulant, je ne vois aucune trace de livre numérique. Sans doute que mon projet d'entreprise m'obsède et me déforme la vision, mais je m'attendais à trouver quelques QR codes, des liseuses, quelques écrans et un peu d'interactivité. Ou bien même une pub pour Alienare, le dernier livre enrichi (de SF) du Seuil paru sur l'Apple Store cet été.

 

dédicace Dunyach
La dédicace de Jean-Claude Dunyach

Mais de tout cela, il n'y avait point. Pire : les Utopiales est un festival d'avant-guerre numérique, où les livres papier et les prospectus colonisent les étagères, et dont les écrans semblent exclus ou reclus dans un petit espace dédié (ah, le minuscule espace jeu vidéo, moins important et plus planqué que les bons vieux jeux de rôle papier). Pas un écran tactile accroché au mur, point de liseuse non plus. Les objets geek se limitent au robot Nao et un Occulus Rift. A croire que la science et les progrès technologiques de ces dernières années ont été priées de rester sagement à la porte.

C'est donc au final avec un sentiment mitigé que j'ai traversé les Utopiales : le fan-boy en moi ravi d'avoir pu admirer de très près les magnifiques dessins de Ledroit, croiser quelques auteurs dont le toujours très accueillant Jean-Claude Dunyach, découvert que l'Appel de Cthulhu était toujours en vie et sortait sa 7ème édition.

L'entrepreneur et le passionné de nouvelles technologies est quant à lui resté sur sa faim...